Compte-rendu de conférence : Comment intégrer la communauté du renseignement (voie militaire) ?

Ce compte-rendu de la conférence du Lieutenant-colonel Croüs, donnée à Sciences Po le 9 novembre, vise à apporter des informations sur le monde du renseignement et les voies militaires d’y entrer. Le concours civil de l’intégration dans ces services (DGSE, DGSI) est une procédure différente qui ne sera pas abordé dans le cadre de ce compte-rendu, mais qui fera l’objet d’une conférence spécifique au second semestre.

Types de recrutements

  • Officier de carrière : environ 125 par an

L’officier de carrière est recruté à la suite d’une série d’épreuves orales, sportives et psychologiques.

  • Visite médicale
  • Tests psychotechniques
  • Tests sportifs
  • Entretien de motivation
  • Evaluation comportementale : catégorisation groupe 1,2, 3

Les détails de ces épreuves sont facilement accessibles sur le site de l’armée de Terre.

  • Officier sur titre (OST) l : la voie royale pour les étudiants de Sciences Po

Témoignant d’une volonté d’ouverture de l’armée, ce concours très sélectif recrute seulement 20 diplômés Bac +5 par an (une seule session de recrutement). A noter que l’année dernière, le taux de réussite des élèves de Sciences Po était de 100 % (2 admis sur 2 candidats). Par ailleurs, 40 à 50 % des candidats sont des femmes.

Pour les étudiants actuellement en M2, les délais de candidature de cette année arrivent bientôt à expiration, il faut s’inscrire au CIRFA dans les plus brefs délais.

La formation des OST s’effectue à Saint-Cyr Coëtquidan. C’est une formation militaire classique. On passe ensuite un an en division d’application, et on choisit ensuite son régiment.

  • Officier sur contrat : filière encadrement des formations (OSC /E)

160 sont recrutés par an au niveau national lors de 3 sessions. Ils ont les mêmes responsabilités que les élèves de Saint-Cyr. Le 1er contrat est de 10 ans.

Le renseignement est une filière militaire sélective : 4 postes sont à pourvoir par an, pour un ratio d’admission de 1/20. Il est important de noter qu’on retrouve au renseignement des officiers issus de toutes les armes ( le lieutenant-colonel vient lui-même du matériel). Par ailleurs, toutes ces postes ne relèvent pas nécessairement du cœur du métier à savoir la recherche et l’exploitation du renseignement (l’année dernière 2 postes sur 4 étaient des postes d’assistants juridiques)

A savoir : être accepté comme OST ne suffit pas. Il faut environ de 3 à 6 ans d’expérience au sein d’un régiment afin de pouvoir intégrer, peut-être, les services.

La filière renseignement : présentation générale 

Il existe six services en France : la DGSE (extérieur), la DRM (militaire), la DGSI (qui dépend du ministère de l’Intérieur), la DPSD, la DNRED (douanes) et Tracfin (action contre les circuits financiers clandestins).

8000 agents travaillant au coeur du renseignement (exploitation du renseignement et recherche).

Régiments du renseignement :

  • 13eme Régiments de dragons parachutistes (13eme RDP)
  • 31 d’Artillerie
  • 44 RT
  • 54 RT
  • 2ème de Hussards

On distingue trois types de renseignement : le renseignement humain (collecté par le 13e RDP et le 2e régiment de hussards), le renseignement militaire d’origine électro-magnétique (interception par les régiments de transmission) et le renseignement militaire d’origine imagerie.
Domaines du renseignement : 

  1. Contre-ingérence et ingérence
  2. Contre prolifération
  3. Contre-espionnage…espionnage
  4. Contre-terrorisme
  5. Habilitations : nécessité de vérifier la fiabilité des personnels en contact avec le Secret Défense. Réalisé par la DPSD pour le ministère de la Défense, la DGSI pour les civils
  6. Sécurité des installations
  7. Sécurité industrielle
  8. Intelligence économique
  9. Forces ennemies (renseignement tactique)

A cette approche thématique se conjugue parfois une approche régionale.

Les deux métiers essentiels du renseignement sont :

  • Exploitation du renseignement (80 % des effectifs)

S’instruire, se documenter, éventuellement chercher, synthétiser, analyser, REDIGER.

  • Recueil/et ou recherche du renseignement (20 % des effectifs)

s’instruire se documenter, réfléchir, convaincre, manipuler, séduire, parfois prendre des risques, REDIGER.

Qualités de l’officier de renseignement : Culture générale/spécialisée, intelligence de situation, polyvalence, curiosité, disponibilité, gestion du stress, psychologie, discrétion-Humilité

Le monde du renseignement est souvent ingrat : peu de reconnaissance, parfois même pas d’information sur l’aboutissement des missions. On suit rarement un dossier de bout en bout.

Néanmoins le monde du renseignement donne l’impression d’être utile et une réelle fierté.

Questions à se poser :

  • Quelles spécificités choisir ? Exploitation, recherche…
  • Se sent-on de passer 5-6 ans dans un régiment avant de rejoindre un service ?
  • Se sentir un intérêt pour le management : être officier c’est mener des hommes

A peu près 1 poste pour 100 candidats dans le personnel civil de la DGSE.

La DGSE est le service le plus connu : néanmoins la DRM et la DPSD sont également intéressants.

Au bout de 3 ans en tant que militaire, possibilité de répondre à des prospections (appel à volontariat) pour intégrer un régiment à vocation renseignement. Vocation à l’exploitation puis après 3 à 5 ans d’expérience, de la recherche.

Questions du public :

Il est nécessaire d’avoir la nationalité française. Cela peut poser des problèmes d’être marié avec des ressortissants de pays “chauds” (Iran, Ukraine…), ou même d’en fréquenter (cf. l’habilitation).

  • Est-il conseillé d’avoir fait une PMS (Préparation Militaire Supérieure) ?

R : C’est une obligation avant de passer le concours d’officier sur titre. Nécessaire pour la sélection, mais aussi pour l’officier afin de voir ce qui l’attend.

  • Quels sont les critères d’habilitation ?

R : Casier judiciaire, fréquentations douteuses. Habilitation secret défense : éventuellement enquête domiciliation.

  • Existe-t-il des passerelles entre les services ?

R : Oui, particulièrement pour la DGSE. Surtout pour le personnel civil, mais absolument pour les militaires

Comité de rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page