Veille stratégique – Mars 2020

EUROPE : 

La Commission européenne envisage de diminuer la part du budget dédiée à la défense, et en particulier celle consacrée à la mobilité militaire. Doté de 6.5 milliards d’euros au début des négociations, le budget alloué à la mobilité a fait l’objet de révisions régulières jusqu’à atteindre une somme pratiquement nulle. Pour la présidente de la sous-commission « sécurité et défense » (SEDE) du Parlement européen, Nathalie Loiseau, ce budget amputé risque de « ne pas répondre aux attentes ».

  • La capacité de faire transiter des troupes et des matériels militaires au sein du territoire européen est un enjeu opérationnel crucial de la coopération entre l’OTAN et l’Union Européenne. La diminution des fonds de la mobilité militaire pourrait donc affecter les relations – déjà fragilisées – entre les deux organisations.
  • Les Etats d’Europe de l’est sont les premiers concernés par cette nouvelle coupe. En effet, leur capacité de dissuasion face à la menace russe dépend de la bonne circulation des troupes otaniennes sur leur territoire.

Bercy s’est opposé au rachat de Photonis, leader français de la vision nocturne, par le groupe américain Teledyne. La France a fait jouer ses prérogatives en matière de cession d’actifs stratégiques au titre du contrôle des investissements étrangers. Depuis plusieurs semaines, de nombreuses voix s’élevaient pour s’opposer à la vente de cette entreprise dont les systèmes d’intensification de lumière équipent les fantassins et les engins blindés français. Photonis développe également des dispositifs de détection des réactions nucléaires.

  • Les rachats successifs de la société Latéocoère, productrice de la technologie photonique lifi par le fonds américain Searchlight, et des sociétés Canberra et Premium Analyse, respectivement fabricant d’appareil de mesure des rayonnement nucléaire et spécialiste de la détection du gaz tritium par le groupe américain Mirion, alimentent les craintes de dépendance technologique en France. La législation américaine permet en effet au Pentagone de s’opposer à l’utilisation de tout contrat d’équipement militaire qui intègre des technologies américaines.
  • Pour le gouvernement, il s’agit désormais de trouver un repreneur français. Thalès et Safran, dont les offres étaient très désirées, ont fait savoir qu’ils n’étaient pas intéressés par Photonis. Le sauvetage de l’entreprise est donc encore loin d’être assuré.

*

AFRIQUE : 

Lundi 2 mars 2020, le gouvernement camerounais a annoncé avoir « neutralisé dix terroristes » séparatistes dans la localité de Small Babanki, dans le Nord-Ouest anglophone du pays. Selon Yaoundé, le chef séparatiste, connu sous le nom de « General Fire Man », ferait partie des victimes, tandis que du matériel militaire aurait été saisi et qu’un otage aurait été libéré. Plusieurs médias camerounais prétendent que des civils ont été tués – notamment des femmes et des enfants – mais l’administration du président Paul Biya dément. Des photos de cadavres ont circulé sur la toile sans que personne ne puisse clairement les identifier.

  • Cette opération s’inscrit dans le contexte d’une lutte entamée il y a plus de trois ans. Celle-ci oppose des mouvements séparatistes des régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest au pouvoir central francophone. 
  • Deux semaines plus tôt, le 14 février 2020, un massacre perpétré par l’armée camerounaise a fait 23 morts civils dans le quartier de Ngarbuh à Ntumbo dans le Nord-Ouest du pays. 
  • Le 22 février, le président français Emmanuel Macron a été interpellé au sujet de ce massacre par un activiste camerounais. Il s’est ensuite entretenu avec son homologue, le président Paul Biya, le dimanche 1er mars, à la veille de la dernière opération. Les deux chefs d’Etat se sont entendus sur la nécessité de la tenue d’une enquête impartiale sur le massacre de Ngarbuh.

*

ETATS-UNIS :

Samedi 29 février, un drone américain a été perdu au nord du Niger. Les raisons de ce crash sont inconnues. Les autorités militaires mettent en cause une panne mécanique.

  • C’est le deuxième drone américain qui s’écrase au Niger, une nouvelle fois pour une  raison inconnue. 
  • Les drones américains en mission au Sahel décollent de la base 201 à Agadez, ouverte en novembre 2019. La France y possède également une base d’où décollent des drones et avions de chasse.

Jeudi 5 mars, Ellen Lord, sous-secrétaire à la Défense et responsable de l’achat des armes, a annoncé une politique de cyber-sécurisation de l’équipement militaire de haute technologie américain.

  • Cette cyber-sécurisation sera réalisée en collaboration avec le Canada.
  • Les cyber-attaques menacent actuellement non seulement les réseaux informatiques mais aussi les avions de chasse et les navires de guerre.

*

MOYEN-ORIENT :

Un cessez-le-feu est entré en vigueur le jeudi 5 mars à minuit entre la Russie et la Turquie sur le territoire d’Idlib en Syrie. Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont assuré, lors d’une conférence de presse, qu’ils feraient en sorte que l’accord soit durable. Ils se sont mis d’accord sur un texte qui, selon le président russe, « servira de base solide pour mettre un terme aux combats dans la zone de désescalade d’Idlib ». Les deux pays ont prévu de mettre en place un « couloir de sécurité » de six kilomètres de profondeur de part et d’autre de l’autoroute M4 – axe stratégique traversant la région d’Idlib -, soit une zone tampon de 12 kilomètres de large au total. Si les paramètres précis de cette zone seront définis par Ankara et Moscou sous sept jours, on sait d’ores et déjà que les armées russe et turque en assureront la sécurité par des patrouilles communes à partir du 15 mars.

  • Organisé dans l’urgence, le sommet entre le président turc et le président russe s’est tenu après une brusque escalade à Idlib, une région du nord-ouest de la Syrie contrôlée par des groupes rebelles soutenus par Ankara et des organisations djihadistes. 
  • Le régime de Bachar Al Assad, appuyé par l’aviation russe, tente de reprendre le contrôle de la région. Les combats sont à l’origine d’une nouvelle catastrophe humanitaire. On estime à près d’un million le nombre de déplacés et réfugiés.
  • Le 1er mars, Ankara a déclenché une offensive d’envergure contre le régime syrien après la mort de 34 militaires turcs dans des frappes aériennes attribuées à Damas par le gouvernement turc.
  • Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a espéré jeudi que l’accord de cessez-le-feu conclu entre la Turquie et la Russie pour la province d’Idlib en Syrie « mènera à une cessation des hostilités immédiate et durable » au bénéfice de la population. Antonio Guterres a dit prendre note de l’accord de cessez-le-feu entre la Turquie et la Russie, tout en mentionnant la souffrance énorme qu’a déjà dû endurer la population d’Idlib. Il a également appelé au retour à un processus politique pour mettre fin à la guerre en Syrie. À la demande de la Russie, une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU s’est tenue le vendredi 6 mars. 

*

ASIE :

La Force japonaise d’autodéfense maritime (Japan Maritime Self Defense Force – JMSDF) a reçu le 5 mars son premier sous-marin utilisant des batteries aux ions lithium, lors de la mise en service du 11e bateau de la classe Soryu.Les responsables ont inauguré la mise en service de ce sous-marin d’attaque diesel-électrique sur le chantier naval Mitsubishi Heavy Industries à Kobe. Il sera affecté à la 1ère flottille sous-marine.

  • Selon l’ancien chef de la force sous-marine du JMSDF, le vice-amiral Masao Kobayashi, cette technologie nécessite moins d’entretien et sera plus endurante, grâce à des vitesses immergées plus élevées que les batteries au plomb, plus communément utilisées.

Comité de rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page