Témoignage – Contrat Armées-Jeunesse (CAJ)

Qu’est-ce qu’un CAJ ? 

Un contrat armée jeunesse est un contrat à durée déterminée (CDD) d’une période d’un à trois mois maximum. Ces contrats sont à destination des étudiants âgés de moins de 27 ans titulaire d’un bac +3 minimum afin de leur offrir une première expérience professionnelle dans le milieu de la défense sur le territoire français (à part rares exceptions). Le salaire compris dans ces contrats est celui du SMIC (10,25brut par heure en 2021). 

Pour Héloïse, diplômée de Sciences Po en juin 2017 et ayant réalisé son CAJ en été 2018, cette opportunité lui a permis de « mettre un pied dans la porte » du recrutement, mais pas que : « J’avais une connaissance académique et “sciences-piste” du ministère de la Défense, et cette expérience m’a permis de bien mieux comprendre son fonctionnement, l’imbrication des différents états-majors d’armée et la richesse des métiers proposés au ministère. [] Le CAJ m’a permis de créer un premier réseau avec des analystes civils comme militaires et de garder très longtemps contact avec eux. » 

Jules, en césure entre son M1 et son M2 en Affaires Publiques à l’heure de la rédaction de cet article et ayant pu profiter du CAJ en été 2021, a eu une approche comparable : « J’ai souhaité faire un CAJ pour avoir une immersion concrète dans le milieu des armées, pour développer mes connaissances dans le domaine et en apprendre plus sur le fonctionnement de celui-ci. » 

Le format proposé par le CAJ a aussi été un facteur déterminant pour Jules : « La durée du CAJ, de juin à août, était idoine : entre mon M1 et mon année de césure, cela me permettait d’avoir déjà une expérience relativement courte mais intéressante avant d’enchaîner sur des stages de césure plus longs. » 

Le CAJ, c’est pour qui ? 

Outre les conditions d’âge citées ci-dessus, le CAJ s’adresse aussi à des profils et à des attentes, comme le formule Jules : « Je pense qu’un CAJ, s’il se passe bien et qu’on s’y sent utile, intégré, est une formation porte d’entrée vers le monde civil de Balard. Rien n’est automatique ou garanti, bien sûr, mais c’est une rampe de lancement idéal. Encore faut-il aimer ce qu’on y fait – ça a été mon cas, je recommande donc ce CAJ en particulier à celles et ceux que relations parlementaires, finances publiques et chars d’assaut intéressent. » 

Héloïse a la même analyse concernant les avantages professionnels du CAJ, mais mets l’accent sur la meilleure période pour candidater et profiter de ce type contrat selon elle : « Le CAJ est vraiment une très bonne première expérience professionnelle qui peut se transformer en emploi ou tout du moins forger un réseau solide. Mon conseil serait cependant de privilégier dans un premier temps le stage afin de profiter au maximum de la possibilité d’avoir une convention avec l’école, puis de basculer ensuite vers un CAJ une fois le diplôme obtenu. »

Bon à savoir : le site recensant les offres de CAJ regroupe également des opportunités de stages avec des postes proposés tout aussi intéressants. 

Quelles fonctions occupe-t-on dans un CAJ ? 

La signature du CAJ confère le statut d’agent non-titulaire du ministère des Armées (ou agent contractuel). Toutes les offres de CAJ peuvent être consultées grâce à ce moteur de recherche : https://www.stages.defense.gouv.fr. Il suffit de sélectionner « Contrat armées-jeunesse » dans le type d’offre. De nombreux domaines permettent d’affiner la recherche : les filtres « DEFENSE / SECURITE », « RENSEIGNEMENT » ainsi que « SCIENCES POLITIQUES ET RELATIONS INTERNATIONALES » devraient vous permettre de trouver beaucoup d’offres compatibles avec les formations données à Sciences Po. Les fonctions précises que l’agent occupera lors de la durée de son contrat sont décrites dans chaque fiche de poste. 

Résultats du moteur de recherche pour les filtres « Contrat armées-jeunesse » et « DÉFENSE / SÉCURITÉ » au 30 août 2021

 

Résultats du moteur de recherche pour les filtres « Contrat armées-jeunesse » et « RENSEIGNEMENT » au 30 août 2021 

Jules a pu explorer professionnellement ses intérêts pour certains domaines, comme les finances publiques, dans le cadre de son CAJ : « C’était l’occasion de travailler sur des matières qui m’intéressent puisque j’étais au sein de la cellule relations parlementaires du bureau programmation finances budget de l’État-major de l’armée de Terre. J’étais donc auprès de l’adjointe de l’officier responsable des relations parlementaires de l’EMAT. Concrètement, ce volet parlementaire correspond à de la veille d’actualité politique, à la réalisation de biographies sur les parlementaires des commissions défense, à la préparation des hauts gradés, principalement le CEMAT (Chef d’État-Major de l’Armée de Terre, ndlr), à leurs auditions, à l’accompagnement de députés/collaborateurs à des évènements de l’armée de TerreEn outre, j’ai travaillé sur les questions réponses et questions parlementaires à l’EMAT []. Enfin, j’ai fait plusieurs fiches et travaux de fond sur les finances publiques nationales et européennes, et la manière dont les crédits de l’armée de Terre s’inscrivaient dans les débats actuels autour desdites finances. » 

De même, Héloïse a profité d’un CAJ qui correspondait à sa formation académique : « J’étais analyste médias au sein du bureau du même nom à la DICOD, la Délégation à l’information et à la communication du ministère. Cela me convenait parfaitement car j’étais issue d’un double master en sécurité internationale et journalisme : analyser le traitement des sujets sécurité/défense par les médias français et internationaux était donc une suite logique à mon parcours ! Ma tâche principale était la participation à la rédaction d’un produit de veille et d’analyse quotidien, ainsi que des produits plus élaborés portant sur des thématiques spécifiques. » 

Quelles sont les conditions pour postuler à un CAJ ? Comment candidater ? 

En ce qui concerne les conditions : 

– Avoir moins de 27 ans ; 

– Être de nationalité française ou ressortissant de l’Union européenne ; – Être titulaire au minimum d’une licence (bac+3) ; 

– Pouvoir justifier de son statut d’étudiant jusqu’à 1 an après la fin des études ; – Ne pas avoir effectué un contrat armées-jeunesse auparavant ; 

– Ne pas enchaîner un stage au ministère des armées avec un CAJ, même dans deux directions différentes ; 

– Répondre aux attentes et conditions spécifiques des fiches de poste. 

Si vous réunissez toutes ces conditions, il suffit de consulter les documents demandés détaillés sur les fiches de poste et de fournir ces documents aux adresses mails directement générées par le bouton « candidater » associé à chaque offre. Attention, il n’existe pas d’alerte liée à la publication d’une nouvelle offre : consultez régulièrement le moteur de recherche afin de vous tenir informé. 

Et après ? 

Héloïse confirme le CAJ comme étant une opportunité professionnelle très intéressante au vu des parcours de certains de ses successeurs et prédécesseurs sur son poste : « [] au moins un a pu prolonger son CAJ en CDD de trois ans (la durée standard pour les contractuels

du Ministère des Armées) et une autre a effectué un stage dans une autre direction du ministère avant de commencer sa carrière dans la fonction publique sécurité/défense. » 

Jules en tire une conclusion similaire : « Ce CAJ a permis à ma maître de stage, qui l’avait effectué il y a 3 ans, de poursuivre à Balard à travers différents services et via plusieurs CDD, et de terminer adjointe aux relations parlementaires. Cet exemple n’est pas un cas isolé, de ce que j’ai pu constater. Personnellement, on m’a également fait comprendre que j’étais le bienvenu pour rester encore 1 ans au bureau programmation finances budgets, mais ma césure m’en a empêché – et je voulais voir autre chose qui plus est. »

Par Jeanne-Louise ROELLINGER

Pôle Orientation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page