Simulation de crise n°1 : Danaïdes

Exercice DANAÏDES – Le BRIEFING

Point de situation

Samedi 26 septembre 2020, au sud de l’Ile d’Ouessant. Du haut de son phare, Malo Le Guen contemple la mer balayée par les vents et les moutons se formant à sa surface. Il faudrait être fou pour sortir en mer par ce temps. Soudain, aux alentours de 10h, la VHF du phare, branchée sur le canal 16, grésille et Malo reconnaît la diffusion d’un message d’urgence en entendant la fameuse formulation PANPAN… A quelques miles des côtes, un navire aux prises avec la houle a besoin d’assistance.

Afin de vous familiariser avec le cadre de cette simulation, lisez attentivement le guide suivant.

Principes généraux

Cette simulation n’est pas une négociation onusienne, faite de propositions, contre-propositions ou lignes rouges. L’objectif est de former tous les participants à la prise de décision en situation d’urgence à travers une simulation crédible. Plongés dans le vif de l’action, vous devrez réagir de manière appropriée dans un temps restreint, à partir des moyens d’action que vous confère votre rôle.

La crise se déroule en 2020, ce qui signifie que les participants peuvent et doivent s’appuyer sur les conditions actuelles. Tout élément de la réalité peut donc être utilisé pendant la crise, si cela s’y prête. L’évolution de la crise est susceptible de dépendre de votre prise en main de la situation et de vos interactions avec les membres de votre équipe.

A qui s’adresse cette simulation ?

Cette simulation s’adresse aux étudiants de Sciences Po ou d’autres universités, toutes filières confondues, que la gestion de crise intéresse et qui sont prêts à préparer sérieusement cette simulation.

ATTENTION, TOUTE INSCRIPTION VAUT ENGAGEMENT !

Planning de la journée

Samedi 26 septembre

9h15 : Café d’accueil.

9h30 : Présentation de la simulation et des techniques de gestion de crise (main courante, points de situation, règles en matière d’échange d’informations, etc.).

10h00 : Début de la simulation.

13h00 : Fin de la simulation. Rassemblement des participants pour débriefer, et retour d’expérience. Intervention d’un officier des Sapeurs-Pompiers, qui fut en poste au Havre et en Polynésie Française avant  de rejoindre le SDIS (Service Départemental Incendies et Secours) des Yvelines.

Description des rôles

Chaque participant aura son propre rayon d’action sur lequel il aura des connaissances et des prérogatives. Une fiche de poste précise, comprenant des éléments sur les missions et les moyens à sa disposition, sera fournie à chaque participant personnellement. Il faut garder à l’esprit que le but est de conseiller au mieux l’autorité en fonction de ses propres connaissances.

Pour cette simulation, trois cellules de crise fonctionneront en parallèle : le Centre de Traitement de Crise (CTC) de la Préfecture Maritime de l’Atlantique (PREMAR) ; le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Corsen ; et le Centre des Opérations Maritimes (COM) de Brest.

La répartition des missions entre ces 3 cellules est la suivante :

  • La PREMAR décide des options stratégiques guidant les interventions du CROSS et du COM.
  • Le CROSS est responsable de la conduite des interventions en matière de recherche et sauvetage (SAR/SMGA) ; d’assistance à navire en difficulté (ANED) et de circulation perturbée (CIRC dans son volet gestion de la circulation).
  • Le COM est responsable de la conduite des interventions en matière de lutte contre les pollutions maritimes (POLMAR) et de circulation perturbée (CIRC dans son volet retrait de l’obstruction).

Le Centre de Traitement de Crise de la PREMAR

8 joueurs

Le Centre de Traitement de Crise de la PREMAR est la cellule de réflexion, d’analyse et de décision responsable de la gestion d’un accident maritime majeur. Dirigé par le Préfet maritime, le CTC abrite l’équipe de gestion de crise chargée d’élaborer au profit du DOS mer une stratégie de gestion de crise portant sur les implications à court et long terme de l’événement en mer.

Contrairement au CROSS et au COM, la PREMAR n’a pas pour mission d’assurer la conduite des interventions mais de décider des options stratégiques qui vont guider ces dernières : elle inscrit la gestion de l’intervention dans une stratégie plus globale (préparation des options stratégiques, soutien organisationnel et logistique au COM et au CROSS, communication extérieure, anticipation etc.)

LES RÔLES

  • Le Préfet maritime de l’Atlantique (DOS mer) : Représentant de l’Etat en mer, il incarne l’autorité dans tous les domaines où s’exerce l’Action de l’Etat en mer. Il est le garant du respect de la souveraineté et de la défense des intérêts de l’État en Directeur des Opérations de Secours (DOS mer), il dirige l’équipe de gestion de crise (EGC) : il est le garant de la réponse de l’État à la crise dont il fixe la stratégie et garantit la cohérence. Il assure l’interface avec la préfecture départementale.
  • Le responsable de l’équipe de gestion de crise : Chef de la division Action de l’État en Mer (AEM), il définit et impulse les actions de l’EGC, chargée d’élaborer au profit du DOS mer une stratégie de gestion de crise portant sur les implications à court et long terme de l’événement en mer. Son action doit permettre au DOS de décider des options stratégiques qui vont guider l’intervention, d’apporter le soutien nécessaire à la conduite de l’intervention, de conseiller/consulter les directeurs d’intervention (directeur du CROSS, commandant du COM) sur les stratégies choisies, d’assurer l’information et la liaison avec les autorités centrales et préfectorales, d’anticiper les répercussions à terme.
  • Le conseiller opérations/responsable de la planification stratégique : Afin de permettre à la PREMAR d’impulser des orientations stratégiques adaptées à la crise, il est chargé d’anticiper les effets de l’événement à court, moyen et long terme, avec l’appui du comité d’experts. Dans ce cadre, il soutient également la conduite des opérations menées par les EGI du CROSS et du COM, notamment dans le domaine logistique. A ce titre, il rassemble et met à leur disposition les moyens de la PREMAR pour leur permettre de mener à bien leurs opérations et de faire face à d’éventuelles complications. Enfin, il assure le lien avec les autorités terrestres de niveau préfectoral ou ministériel.
  • Le représentant du comité d’experts : Possédant une connaissance fine des enjeux en matière de recherche et sauvetage (SAR/SMGA) ; d’assistance à navire en difficulté (ANED) ; de circulation perturbée (CIRC) et de lutte contre les pollutions maritimes (POLMAR), il est capable d’apporter des réponses stratégiques et techniques à l’EGC de la PREMAR afin de lui permettre d’apporter une réponse à la crise efficace et adaptée.
  • Le correspondant POLMAR départemental : Représentant de la Direction départementale des territoires et de la mer du Finistère au sein de la PREMAR, il est chargé d’assurer la cohérence des dispositifs terre et mer en matière de lutte contre les pollutions maritimes. A ce titre, en lien étroit avec le COM, il conseille le PREMAR sur la stratégie à mettre en oeuvre pour prévenir et endiguer tout risque de pollution maritime et assure la coordination avec le dispositif POLMAR Terre.
  • Le directeur de cabinet du Préfet du Finistère : Représentant du DOS terre, il a pour mission d’assurer l’interface avec les autorités chargées de la gestion de la crise à terre. A ce titre, il organise l’intervention des services publics à terre et travaille en étroite collaboration avec les membres de la PREMAR. Il est garant de la continuité de la réponse de l’État à la crise.
  • Le responsable communication : En centralisant toutes les communications entrantes et sortantes de la préfecture, il a une vision globale de la crise. Il travaille en étroite relation avec le responsable veille, et fournit au DOS des éléments de langage ainsi qu’un plan de communication de crise.
  • Le responsable veille, information et synthèse : Maillon essentiel pour apporter une réponse optimale à la crise, il suit attentivement les évolutions et événements et garantit une transmission optimale des informations venant de l’extérieur ainsi qu’au sein de la cellule de crise. A ce titre, il est en charge du lien avec les autres cellules.

Le CROSS Corsen

5 joueurs

Organiquement rattaché au ministère de la Transition Ecologique, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage assure une mission générale de sécurité maritime.

Conformément à la stratégie arrêtée par le DOS mer, il a pour mission d’assurer la conduite des interventions en mer en matière de recherche et sauvetage (SAR/SMGA) ; d’assistance à navire en difficulté ; de circulation perturbée (CIRC dans son volet gestion de la circulation). Il assure également la surveillance de la navigation et des pollutions maritimes et diffuse des renseignements de sécurité maritime. Dans ce cadre, il informe régulièrement l’EGC de la PREMAR et lui exprime les besoins en moyens d’action, logistiques, de matériels ou de personnels nécessaires pour la conduite des interventions dont il a la charge.

LES RÔLES

  • Le directeur du CROSS : En sa qualité de directeur d’interventions et administrateur en chef des affaires maritimes, il travaille en étroite collaboration avec la Préfecture Maritime de l’Atlantique mais également avec le Centre des Opérations Maritimes (COM). Dans ce cadre, il dirige une équipe de gestion d’intervention (EGI) compétente pour les interventions de recherche et de sauvetage en mer (SAR), de gestion de la circulation perturbée (CIRC) et d’assistance techniques aux navires en difficulté (ANED).
  • L’officier coordinateur des missions : Maillon essentiel à la gestion de la crise et bras droit du directeur du CROSS, il assure la coordination des missions de la cellule, en étroite relation avec les autres membres du CROSS. Possédant une connaissance fine et précise de la situation, il apporte au directeur du CROSS une vision précise de l’état des opérations, des moyens engagés et des réponses à apporter à la crise.
  • Le conseiller technique extérieur (SAR, CIRC, ANED) : Il possède des connaissances techniques approfondies en matière de recherche et sauvetage (SAR/SMGA) ; d’assistance à navire en difficulté (ANED) ; de circulation perturbée (CIRC). A ce titre, il est capable d’apporter au directeur du CROSS et à l’officier coordinateur des missions une information technique directement applicable à la conduite, si nécessaire, de ces différents types d’intervention. Pour réaliser pleinement cette mission de conseil technique, il est également chargé de maintenir la communication avec les navires afin de recueillir les informations nécessaires à la conduite des opérations.
  • Le médecin conseil pour l’aide médicale : Mis à la disposition du CROSS par le Centre de Consultation Médicale Maritime (CCMM), il représente le Samu de Coordination Médicale Maritime (SCMM). A ce titre, il conseille le CROSS sur la configuration de l’organisation médicale à mettre en place en mer. Afin d’assurer la continuité de la chaîne médicale, il coordonne le dispositif médical engagé en mer avec le dispositif médical à terre.
  • Le responsable veille et logistique opérationnelle : Il suit attentivement les évolutions et événements et garantit une transmission optimale des informations venant de l’extérieur ainsi qu’au sein de la cellule de crise. A ce titre, il est en charge du lien avec les autres cellules. Chargé d’identifier tout événement pouvant compliquer la gestion de la crise, il conseille également les membres de la cellule sur les mesures à prendre pour prévenir et/ou anticiper toute complication.

Le COM

3 joueurs

Armé en permanence par la Préfecture Maritime, le Centre des Opérations Maritimes assure le contrôle opérationnel de l’ensemble des moyens militaires et, entre autres, la réalisation des missions de service public confiées à la Marine nationale.

Il est chargé de la conduite des interventions en mer relevant de la lutte contre les pollutions maritimes (POLMAR) et de la gestion de la circulation perturbée (CIRC) dans son volet retrait de l’obstruction, grâce à son équipe de gestion d’intervention (EGI) et conformément à la stratégie arrêtée par le DOS mer.

Dans ce cadre, il informe régulièrement l’EGC de la PREMAR et lui exprime les besoins en moyens d’action, logistiques, de matériels ou de personnels nécessaires pour la conduite des interventions dont il a la charge.

LES RÔLES

  • L’Officier de permanence Etat-major (OPEM) : Il assure la permanence du commandement et la continuité de l’action du préfet maritime dans les domaines dont il a la charge (POLMAR, CIRC). A ce titre, il assure la coordination de tous les moyens engagés dans les interventions et suit attentivement l’évolution de la situation grâce aux moyens de veille à sa  disposition. Il rend compte de la situation et des mesures prises ou envisagées au PREMAR.
  • Le conseiller technique extérieur (POLMAR, CIRC) : Il possède des connaissances approfondies en matière de lutte contre les pollutions maritimes (POLMAR) et de gestion de la circulation perturbée (CIRC) dans le volet retrait de l’obstruction. A ce titre, il est responsable de l’information, de l’analyse et de la gestion de la pollution maritime et est capable d’apporter à l’OPEM et aux cellules concernées une information technique directement applicable à la conduite, si nécessaire, de ces différents types d’intervention.
  • Le responsable veille et logistique opérationnelle : Il suit attentivement les évolutions et événements et garantit une transmission optimale des informations venant de l’extérieur ainsi qu’au sein de la cellule de crise. A ce titre, il est en charge du lien avec les autres cellules. Chargé d’identifier tout événement pouvant compliquer la gestion de la crise, il conseille également les membres de la cellule sur les mesures à prendre pour prévenir et/ou anticiper toute complication.

 

RAPPEL : VEUILLEZ CHOISIR 3 RÔLES

NOTE : UN BRIEFING PLUS DÉTAILLÉ SERA TRANSMIS AUX PERSONNES RETENUES

Comité de rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page